Fonction GrooveShark

Cliquer sur un auteur pour lire et entendre chanter ses textes

Apollinaire Guillaume (34) Aragon Louis (59) Banville Théodore de (23) Baudelaire Charles (74) Beart Guy (8) Belleau Rémy (4) Beranger (10) Berimont Luc (8) Bourget Paul (6) Brassens Georges (39) Brel Jacques (9) Bruant Aristide (5) Cabrel Francis (5) Cadou René-Guy (12) Carco Francis (7) Carême Maurice (5) Caussimon Jean-Roger (5) Chateaubriand (4) Claudel Paul (8) Cocteau Jean (6) Coppée Francois (10) Corbière Tristan (8) Corneille (4) Couté Gaston (18) Cros Charles (14) De Baïf (4) Desbordes-Valmore Marceline (18) Desnos Robert (16) Dimey Bernard (12) Du Bellay Joachim (5) Eluard Paul (24) Ferré Léo (6) Florian Claris de (5) Fort Paul (12) Gautier Théophile (27) Genet Jean (4) Gerard Rosemonde (4) Haraucourt Edmond (5) Hugo Victor (100) Jacob Max (8) Jammes Francis (7) La Fontaine Jean de (26) Labé Louise (8) Laforgue Jules (4) Lamartine Alphonse de (19) Leclerc Félix (6) Leconte de Lisle (19) Mac Orlan Pierre (6) Machaut Guillaume de (8) Malherbe Francois de (4) Mallarmé Stéphane (6) Marot Clément (26) Mendès Catulle (6) Musset Alfred de (27) Nerval Gérard de (22) Noailles Anna de (6) Nougaro Claude (6) Orléans Charles d' (17) Peguy Charles (7) Pisan Christine de (4) Prévert Jacques (25) Queneau Raymond (8) Racine Jean (4) Radiguet Raymond (4) Regnier Henri de (6) Richepin Jean (9) Rilke Rainer Maria (6) Rimbaud Arthur (40) Ronsard Pierre de (66) Rostand Edmond (5) Saint-Amant (4) Samain Albert (10) Silvestre Armand (11) Souchon Alain (4) Soupault Philippe (5) Sully Prudhomme (16) Supervielle Jules (8) Toulet Paul-Jean (5) Trenet Charles (5) Verhaeren Emile (5) Verlaine Paul (63) Vian Boris (6) Vigneault Gilles (5) Villon Francois (22) Vilmorin Louise de (5)

vendredi 17 juin 2011

Aragon - Second intermède

Louis Aragon

Ecouter sur DEEZER
Interprété par Marc Ogeret
sur une musique de Marc Robine



Louis Aragon - (1897-1982)


Second intermède

Dans ce pays plein de cendres amères
Il va germer ce que les cieux semèrent
C’est un avril avant le temps venu
C’est un enfant de parents inconnus

Et comme au vent un peu d’eau qui frissonne
C’est un enfant qui ne tient de personne
C’est un enfant entre hier et demain
Tout le passé dans le creux de sa main

Bien sûr la vie est toujours la plus forte
Quand le soleil s’assied devant la porte
On a repeint tous les volets en vert
Les jours s’en vont pourtant comme en hiver

Mais déjà l’oeil de l’herbe s’écarquille
Pour laisser voir le jaune des jonquilles
Un long parfum fleurit dans les passants
Une musique à leur lèvre se sent

Tout semble prêt au venir des vertiges
L’air semble fait pour ce pas du prodige
Comme un joueur cachant son point aux dés
Trahit des yeux son secret mal gardé

Un mot ferait que tout s’évanouisse
Laissez le lin traîner pour qu’il rouisse
Taisez même à dieu ce que vous rêviez
Faites semblant que c’est toujours janvier

Laissez venir cette mer haute et lente
Laissez grandir en vous comme une plante
Ce doux bonheur facilement brisé
Laissez la force aboutir au baiser

Laissez former le chant dans votre bouche
La main frémir de la main qui la touche
Et regardez dans vos miroirs troublés
Lever en vous la jeunesse du blé

En quelle année où sommes-nous mon âme
Tout peut changer mais non l’homme et la femme
Tout peut changer de sens et de nature
Le bien le mal les lampes les voitures

Mêmes le ciel au-dessus des maisons
Tout peut changer de rime et de raison
Rien n’être plus ce qu’aujourd’hui nous sommes
Tout peut changer mais non la femme et l’homme

Les Poètes (Gallimard - 1960)



Du même auteur :
Au bout de mon âge
Blues
C (J'ai traversé Les Ponts de Cé)
Carco (Celui qui s'en fut)
Chagall
Chanson noire
Dans le silence de la ville
Elsa
Elsa mon eau vive
Enfer-les-Mines
Epilogue
Est-ce ainsi que les hommes vivent
Il faisait si beau ce matin
Il n'aurait fallu
Il n’y a pas d’amour heureux
J'entends, j'entends
J'arrive où je suis étranger
Je chante pour passer le temps
Je proteste
L'Affiche Rouge
L'étrangère
La porte d'Elvire
La rose du premier de l'an
La rose et le réséda
Le conscrit des cent villages
Le feu
Le figuier
Le malheur d'aimer
Le tiers chant
Les feux de Paris
Les larmes se ressemblent
Les mains d'Elsa
Les oiseaux déguisés
Les poètes
Les yeux d'Elsa
Lorsque s'en vient le soir
Maintenant que la Jeunesse
Marguerite Marie et Madeleine
Meinert Hobbema
Nous dormirons ensemble
Odeur des myrtils
On voit des marquis sur des bicyclettes
Paris 42
Que serais-je sans toi
Richard II Quarante
Rire et pleurer
Robert Le Diable
Santa Espina
Second intermède
Tu avais beau faire
Tu n'en reviendras pas
Un air d'octobre
Un grand champ de lin bleu
Un homme passe sous la fenêtre...
Un jour j'ai cru te perdre
Un jour un jour