Fonction GrooveShark

Cliquer sur un auteur pour lire et entendre chanter ses textes

Apollinaire Guillaume (33) Aragon Louis (58) Banville Théodore de (22) Baudelaire Charles (70) Beart Guy (8) Belleau Rémy (4) Beranger (8) Berimont Luc (6) Bourget Paul (6) Brassens Georges (37) Brel Jacques (8) Bruant Aristide (5) Cabrel Francis (5) Cadou René-Guy (10) Carco Francis (7) Carême Maurice (5) Caussimon Jean-Roger (5) Chateaubriand (4) Claudel Paul (8) Cocteau Jean (5) Coppée Francois (8) Corbière Tristan (8) Corneille (4) Couté Gaston (13) Cros Charles (10) De Baïf (4) Desbordes-Valmore Marceline (17) Desnos Robert (12) Dimey Bernard (12) Du Bellay Joachim (5) Eluard Paul (22) Ferré Léo (6) Florian Claris de (5) Fort Paul (8) Gautier Théophile (26) Genet Jean (4) Gerard Rosemonde (4) Haraucourt Edmond (5) Hugo Victor (90) Jacob Max (8) Jammes Francis (7) La Fontaine Jean de (26) Labé Louise (8) Laforgue Jules (4) Lamartine Alphonse de (18) Leclerc Félix (6) Leconte de Lisle (16) Mac Orlan Pierre (5) Machaut Guillaume de (6) Malherbe Francois de (4) Mallarmé Stéphane (5) Marot Clément (26) Mendès Catulle (6) Musset Alfred de (27) Nerval Gérard de (20) Noailles Anna de (6) Nougaro Claude (6) Orléans Charles d' (17) Peguy Charles (4) Pisan Christine de (4) Prévert Jacques (24) Queneau Raymond (6) Racine Jean (4) Radiguet Raymond (4) Regnier Henri de (6) Richepin Jean (9) Rilke Rainer Maria (6) Rimbaud Arthur (38) Ronsard Pierre de (58) Rostand Edmond (5) Saint-Amant (4) Samain Albert (7) Silvestre Armand (9) Souchon Alain (4) Sully Prudhomme (16) Supervielle Jules (6) Toulet Paul-Jean (5) Trenet Charles (5) Verhaeren Emile (5) Verlaine Paul (58) Vian Boris (6) Vigneault Gilles (5) Villon Francois (21) Vilmorin Louise de (5)

vendredi 30 septembre 2016

Gaston Couté - A l'auberge de la route



Ecouter sur DEEZER
Interprétation : Monique Morelli
Composition : Lino Leonardi



Gaston Couté - (1880-1911)


A l'auberge de la route

C'est à l'auberge de la route
Autour
De douze litres de vin blanc ;
Les rouliers causent, en buvant,
De l'amour !

"L'amour ! les filles ! I' faut s'en fout'e,
Mes gâs !"
Qu'a dit l'grand Claude son verre levé.
"Eun' de pardue, deux de r'trouvées !
Et v'là !..."

"Moué ! l'Amour me tourne la boule ?...
Ah ben !
J'aime mieux bouér' jusqu'à parde l'nord !
Hé ! l'aubargiste, apporte encor
Du vin ! "

Et les v'là qui r'lichent et qui s'saoulent
Tertous,
En gueulant coumme des dératés,
Lâchant des fois des vérités
D'hommes saouls !

Au mitan des rouliers qui roulent,
Tout d'go,
V'là l'grand Claude qui s'met à pleurer...
Tout en pleurant, a soupiré :
"Margot !... "



Ecouter sur DEEZER
Une version plus proche de l'accent de Meung
interprétée par Le p'tit crème

Du même auteur :
A l'auberge de la route
Cour Cheverny
Jour de lessive
L'amour anarchiste
La chanson des fusils
La cigarette
La dernière bouteille
La Julie jolie
Le patois de chez nous
Le vieux trouvère
Les cailloux
Nos vingt ans
Va danser

mercredi 28 septembre 2016

Marot - Si de nouveau j'ai nouvelles couleurs


Ecouter la version chantée
Interprétation : Ensemble Roger Blanchard
Composition : Jean Conseil
- Diffusé par DEEZER -



Clément Marot - (1496-1544)


Si de nouveau j'ai nouvelles couleurs

Si de nouveau j'ai nouvelles couleurs,
Il n'en faut jà prendre ébahissement,
Car de nouveau j'ai nouvelles douleurs,
Nouvelle amour, et nouveau pensement.
Deuil et Ennui, c'est tout l'avancement
Que j'ai encor de vous tant amoureuse :
Si vous supplie que mon commencement
Cause ne soit de ma fin langoureuse.

Plût or à Dieu (pour fuir mes malheurs)
Que je vous tinsse à mon commandement :
Ou, pour le moins, que vos grandes valeurs
Ne fussent point en mon entendement :
Car vos beaux yeux me plaisent tellement,
Et votre amour me semble tant heureuse,
Que je languis : ainsi voilà comment
Ce qui me plaît m'est chose douloureuse.



Du même auteur :
Aux damoiselles paresseuses
Changeons propos
Complainte
D'Anne jouant de l'épinette
D'où vient celà
De la Rose
Dedans Paris
Du conflit en douleur
Etrennes à Anne
Elle s'en va
Je suis aimé de la plus belle
Jouissance vous donnerai
Languir me fais
Le dizain de neige
Longtemps y a que je vis en espoir
Miséricorde - Psaume 51
Mon coeur est tout endormy
Ô cruauté
Paisir n'ai plus
Plus ne suis ce que j'ai été
Présent de couleur de colombe
Puisque de vous je n'ai autre visage
Quand vous vouldrez faire une Amye
Si de nouveau j'ai nouvelles couleurs
Tant que vivrai
Vous perdez temps de me dire mal d'elle

mardi 27 septembre 2016

Marot - Longtemps y a que je vis en espoir



Ecouter la version chantée
Interprétation : Ensemble Roger Blanchard
Composition : François Dulot
- Diffusé par DEEZER -



Clément Marot - (1496-1544)


Longtemps y a que je vis en espoir

Longtemps y a que je vis en espoir
Et que rigueur a dessus moi pouvoir.
Mais si jamais je rencontre allégeance,
Je lui dirai : "Ma Dame, venez voir :
Rigueur me bat, faites-m'en la vengeance."

Si je ne puis allégeance émouvoir,
Je le ferai au Dieu d'Amour savoir,
En lui disant : "O mondaine plaisance,
Si d'autre bien ne me voulez pourvoir,
A tout le moins ne m'ôtez espérance."



Du même auteur :
Aux damoiselles paresseuses
Changeons propos
Complainte
D'Anne jouant de l'épinette
D'où vient celà
De la Rose
Dedans Paris
Du conflit en douleur
Etrennes à Anne
Elle s'en va
Je suis aimé de la plus belle
Jouissance vous donnerai
Languir me fais
Le dizain de neige
Longtemps y a que je vis en espoir
Miséricorde - Psaume 51
Mon coeur est tout endormy
Ô cruauté
Paisir n'ai plus
Plus ne suis ce que j'ai été
Présent de couleur de colombe
Puisque de vous je n'ai autre visage
Quand vous vouldrez faire une Amye
Si de nouveau j'ai nouvelles couleurs
Tant que vivrai
Vous perdez temps de me dire mal d'elle

lundi 26 septembre 2016

Verlaine - Le paysage dans le cadre des portières


        Léonor Fini - Le voyage en train

Ecouter la version chantée
Interprétation : Jean-Marc Versini
Composition : Jean-Marc Versini
- Diffusé par DEEZER -



Paul Verlaine - (1844-1896)


Le paysage dans le cadre
des portières

Le paysage dans le cadre des portières
Court furieusement, et des plaines entières
Avec de l'eau, des blés, des arbres et du ciel
Vont s'engouffrant parmi le tourbillon cruel
Où tombent les poteaux minces du télégraphe
Dont les fils ont l'allure étrange d'un paraphe.

Une odeur de charbon qui brûle et d'eau qui bout,
Tout le bruit que feraient mille chaînes au bout
Desquelles hurleraient mille géants qu'on fouette ;
Et tout à coup des cris prolongés de chouette.

- Que me fait tout cela, puisque j'ai dans les yeux
La blanche vision qui fait mon coeur joyeux,
Puisque la douce voix pour moi murmure encore,
Puisque le Nom si beau, si noble et si sonore
Se mêle, pur pivot de tout ce tournoiement,
Au rythme du wagon brutal, suavement.


vendredi 23 septembre 2016

Verlaine - Dansons la gigue!


 La version Jazz de Patricia Barber - Interprétation du poème après 1 min 52


sur DEEZER
Interprétation :
James Ollivier
Composition :
James Ollivier

sur DEEZER
Interprétation :
Jean-Marc versini
Composition :
Jean-Marc versini

sur DEEZER
Interprétation :
Jean-Sébastien Bou
Composition :
Charles Bordes



Paul Verlaine - (1844-1896)


Dansons la gigue!

Titre original : Streets

Dansons la gigue!

J'aimais surtout ses jolis yeux
Plus clairs que l'étoile des cieux,
J'aimais ses yeux malicieux.

Dansons la gigue!

Elle avait des façons vraiment
De désoler un pauvre amant,
Que c'en était vraiment charmant!

Dansons la gigue!

Mais je trouve encore meilleur
Le baiser de sa bouche en fleur
Depuis qu'elle est morte à mon coeur.

Dansons la gigue!

Je me souviens, je me souviens
Des heures et des entretiens,
Et c'est le meilleur de mes biens.

Dansons la gigue!



Ecouter la version chantée
Interprétation : Stella Doufexis
Composition : Charles Martin Loeffler
- Diffusé par DEEZER -

mercredi 21 septembre 2016

Bernard Dimey - L'amour et la guerre 1/3



Ecouter la version chantée
Composée et interprétée
par Charles Aznavour
- Diffusé par SPOTIFY -



Bernard Dimey - (1931-1981)


L'amour et la guerre

Pourquoi donc irais-je encore à la guerre
Après ce que j'ai vu, avec ce que je sais
Où sont-ils à présent les héros de naguère
Ils sont allés trop loin chercher la vérité

Quel que soit le printemps, les cigognes reviennent
Tant de fois le coeur gros je les ai vues passer
Elles berçaient pour moi des rêveries anciennes
Illusions d'un enfant dont il n'est rien resté

Les fleurs de ce printemps se fanent sur les tombes
De tous ceux qui jamais ne reverront l'été
Sur leurs noms inconnus le silence retombe
Nul ne saura plus rien de ce qu'ils ont été

Toutes les fleurs sont mortes aux fusils de nos pères
Bleuets, coquelicots d'un jardin dévasté
J'ai compris maintenant ce qu'il me reste à faire
Ne comptez pas sur moi si vous recommencez



Du même auteur :
Fredo
Ivrogne et pourquoi pas?
L'amour et la guerre 1/3
L'amour et la guerre 2/3
L'amour et la guerre 3/3
L'aventure, la voilà
La planète où mourir
Quartier des halles
Si tu me payes un verre
Sortilèges
Syracuse
Un soir au Gerpil

lundi 19 septembre 2016

Aragon - Richard II Quarante

        L'entrevue de Montoire

Ecouter sur DEEZER
Composé et interprété
par Colette Magny



Louis Aragon - (Septembre 1940)


Richard II Quarante

Ma patrie est comme une barque
Qu’abandonnèrent ses haleurs
Et je ressemble à ce monarque
Plus malheureux que le malheur
Qui restait roi de ses douleurs

Vivre n’est plus qu’un stratagème
Le vent sait mal sécher les pleurs
Il faut haïr tout ce que j’aime
Ce que je n’ai plus donnez-leur
Je reste roi de mes douleurs

Le coeur peut s’arrêter de battre
Le sang peut couler sans chaleur
Deux et deux ne fassent plus quatre
Au Pigeon-Vole des voleurs
Je reste roi de mes douleurs

Que le soleil meure ou renaisse
Le ciel a perdu ses couleurs
Tendre Paris de ma jeunesse
Adieu printemps du Quai-aux-Fleurs
Je reste roi de mes douleurs

Fuyez les bois et les fontaines
Taisez-vous oiseaux querelleurs
Vos chants sont mis en quarantaine
C’est le règne de l’oiseleur
Je reste roi de mes douleurs

Il est un temps pour la souffrance
Quand Jeanne vint à Vaucouleurs
Ah coupez en morceaux la France
Le jour avait cette pâleur
Je reste roi de mes douleurs



Du même auteur :
Aimer à perdre la raison
Au bout de mon âge
Blues
C (J'ai traversé Les Ponts de Cé)
Carco (Celui qui s'en fut)
Chagall
Chanson noire
Dans le silence de la ville
Elsa
Elsa mon eau vive
Enfer-les-Mines
Epilogue
Est-ce ainsi que les hommes vivent
Il faisait si beau ce matin
Il n'aurait fallu
Il n’y a pas d’amour heureux
J'entends, j'entends
J'arrive où je suis étranger
Je chante pour passer le temps
Je proteste
L'Affiche Rouge
L'étrangère
La porte d'Elvire
La rose du premier de l'an
La rose et le réséda
Le conscrit des cent villages
Le feu
Le figuier
Le malheur d'aimer
Le tiers chant
Les feux de Paris
Les larmes se ressemblent
Les mains d'Elsa
Les oiseaux déguisés
Les poètes
Les yeux d'Elsa
Lorsque s'en vient le soir
Maintenant que la Jeunesse
Marguerite Marie et Madeleine
Meinert Hobbema
Nous dormirons ensemble
Odeur des myrtils
On voit des marquis sur des bicyclettes
Paris 42
Pourtant la vie
Que serais-je sans toi
Richard II Quarante
Rire et pleurer
Robert Le Diable
Santa Espina
Second intermède
Tu avais beau faire
Tu n'en reviendras pas
Un air d'octobre
Un grand champ de lin bleu
Un homme passe sous la fenêtre...
Un jour j'ai cru te perdre
Un jour un jour

vendredi 16 septembre 2016

Aragon - Chagall


                Marc Chagall - Le violoniste bleu

Ecouter la version chantée
Interprétation : Jean Ferrat
Composition : Jean Ferrat
- Diffusé par DEEZER -



Louis Aragon - (1897-1982)


Chagall

Tous les animaux et les candélabres
Le violon-coq et le bouc-bouquet
Sont du mariage

L'ange à la fenêtre où sèche le linge
Derrière la vitre installe un pays
Dans le paysage

Mon peintre amer odeur d'amandes

Les danseurs ont bu le grand soleil rouge
Qui se fera lune avant bien longtemps
Sur les marécages

Et le cheval-chèvre assis dans la neige
Aimerait parler avec les poissons
Qui sont trop sauvages

Mon peintre amer odeur d'amandes

Le peintre est assis quelque part dans l'ombre
A quoi rêve-t-il sinon des amants
Sur leur beau nuage

Au-dessus des toits à l'horizontale
Dans leurs habits neufs avant d'être nus
Comme leurs visages

Mon peintre amer odeur d'amandes

Marchez sur les mains perdez votre tête
Le ciel est un cirque où tout est jonglé
Et le vent voyage

Tous les animaux et les candélabres
Le violon-coq et le bouc-bouquet
Sont du mariage

Mon peintre amer odeur d'amandes



Du même auteur :
Aimer à perdre la raison
Au bout de mon âge
Blues
C (J'ai traversé Les Ponts de Cé)
Carco (Celui qui s'en fut)
Chagall
Chanson noire
Dans le silence de la ville
Elsa
Elsa mon eau vive
Enfer-les-Mines
Epilogue
Est-ce ainsi que les hommes vivent
Il faisait si beau ce matin
Il n'aurait fallu
Il n’y a pas d’amour heureux
J'entends, j'entends
J'arrive où je suis étranger
Je chante pour passer le temps
Je proteste
L'Affiche Rouge
L'étrangère
La porte d'Elvire
La rose du premier de l'an
La rose et le réséda
Le conscrit des cent villages
Le feu
Le figuier
Le malheur d'aimer
Le tiers chant
Les feux de Paris
Les larmes se ressemblent
Les mains d'Elsa
Les oiseaux déguisés
Les poètes
Les yeux d'Elsa
Lorsque s'en vient le soir
Maintenant que la Jeunesse
Marguerite Marie et Madeleine
Meinert Hobbema
Nous dormirons ensemble
Odeur des myrtils
On voit des marquis sur des bicyclettes
Paris 42
Pourtant la vie
Que serais-je sans toi
Richard II Quarante
Rire et pleurer
Robert Le Diable
Santa Espina
Second intermède
Tu avais beau faire
Tu n'en reviendras pas
Un air d'octobre
Un grand champ de lin bleu
Un homme passe sous la fenêtre...
Un jour j'ai cru te perdre
Un jour un jour